Big Easy de Ruta Sepetys

Un peu de musique pour accompagner la lecture ? We Move Lightly de Dustin O’halloran

exe_big-easy.indd

Big Easy de Ruta Sepetys
Gallimard Jeunesse (17/10/2013)

Résumé :
Années 50 à La Nouvelle-Orléans. Josie Moraine, dix-sept ans, n’a pas tiré le gros lot. Fille d’une prostituée qui n’a rien d’une mère attentionnée, elle grandit dans une maison close du Quartier français, celui de la mafia, des affaires louches et des gens sans avenir. Pourtant, Josie a un rêve : quitter cette ville, surnommée The Big Easy et pourtant si peu easy, pour entrer à Smith, prestigieuse université du Massachusetts.
Impliquée dans une histoire de meurtre, dépouillée par sa mère et endettée, tout pousse la jeune fille à suivre, elle aussi, la voie de l’argent facile. Mais Jo vaut mieux que cela… et ceux qui l’aiment le savent bien.
Dans sa chaleur de La Nouvelle-Orléans, on se bat avec Josie contre le sort qui s’acharne, on vibre sur la moto de Jesse, et on se persuade avec Dickens que les « grandes décisions façonnent notre destinée ».

Dans tous les livres que j’ai reçu de chez Gallimard, il y a des coups de cœur et d’autres que j’ai pas vraiment (ou vraiment pas) aimé. Chaque nouveau livre est une surprise comme lorsque l’on ouvre un cadeau. Big Easy est un livre parfait pour la rentrée, parfait pour la période (de l’année et de ma vie). Je l’ai fini il y a plus d’une semaine déjà, mais je voulais prendre mon temps.
Il faut dire qu’étant donné le peu de temps que j’ai mis pour le lire (englouti en une seule petite journée), je n’ai pas vraiment eu le temps de bien digérer durant la lecture. 🙂

C’est un vrai coup de cœur. L’univers est atypique. On se retrouve propulsé  dans la Nouvelle-Orléans d’après-guerre. J’avançais en terrain inconnu, mais ça tombe bien, j’adore ça.
On suit Josie, petite fille, elle aussi atypique qui grandit et devient une jeune femme tout aussi atypique (en elle-même et surtout dans son environnement). On a presque le même âge, une boulimie de lecture (même si pour le coup, j’ai trouvé ma championne), ça rapproche.
Je ne connaissais pas non plus le milieu des maisons closes (ni dans le Quartier français, ni ailleurs). On apprend les choses au fur et à mesure, il faut se laisser bercer par l’histoire. Je me laisse surprendre par les rebondissements de l’histoire que je ne voyais de toutes façons pas arriver et à part pour quelques éléments sociaux, humains (Patrick, j’avais deviné. Mais je n’ai aucun mérite), tout m’étonnait plutôt.
Il faut dire que le récit (très bien écrit) à la première personne nous immerge complètement dans le personnage de Jo avec ses peurs, ses angoisses, sa naïveté.
Ce qui fait la force de ce récit, c’est autant son histoire que ses personnages. On s’attache à la vie de Jo, sa vie familiale, amoureuse, « scolaire », avec les prostituées de la maison close, Willie ou encore la librairie, refuse où l’on aimerait bien se cacher lorsque tout va mal. Les personnage semblent réels et ont une profondeur.

Toute cette histoire m’a touché, du début à la fin, de l’enfance à l’indépendance et je ne peux que recommander la lecture de ce livre passionnant et entraînant qui est pour moi un vrai coup de cœur.
Merci encore à Gallimard Jeunesse et à On lit plus fort pour la découverte et cette lecture qui résonnera encore longtemps en moi.

Publicités

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.