Un Prince sans Royaume (Vango #2) de Timothée de Fombelle

Couverture de Vango tome 2. On aperçoit Vango à gauche de l'image debout sur la corniche d'un immeuble avec un pull rouge et un pantalon bleu. On voit la moitié d'un dirigeable au centre de l'image et derrière au centre l'Empire State Building, Le paysage est rempli de grattes ciel au milieu de Manhattan. Un Prince sans Royaume (Vango #2) de Timothée de Fombelle
Gallimard Jeunesse

Résumé:
Poursuivi par les démons de son passé, Vango repart à l’aventure. A la fin des années trente, suspendu au sommet des gratte-ciel de New York, il affronte ses ennemis avec le moine Zefiro et retrouve la piste de celui qui a détruit sa famille. Sa quête le fait passer tout près de la belle Ethel, l’amour de sa vie, lors de la chute du dernier grand dirigeable qui manque le blesser à jamais. Il croit alors se retirer du monde pour toujours. Mais déjà la guerre envahit l’Europe et le remet sur les routes…

La Poste Maman fonctionne toujours aussi bien et en même temps que Rage, j’ai reçu le second (et dernier) tome de Vango. Ayant adoré le premier tome, je me réjouissais de découvrir la suite des aventures de Vango. Une chose est sûre, je ne suis absolument pas déçu de l’aventure.

La prose de Timothée de Fombelle est toujours aussi magique. On vibre au même rythme que les personnages, à partir du milieu de roman et jusqu’à la fin, je voulais reposer le roman parce que les émotions étaient trop fortes. Je voulais savoir ce qu’il allait se passer et en même temps, j’avais peur pour la suite. Le début du roman se déroule dans les mêmes années que le précédent roman, la Seconde Guerre mondiale est en préparation, les tensions se créent, la guerre d’Espagne fait rage. Dans la seconde partie du roman (enfin techniquement la troisième partie), la Seconde Guerre mondiale fait rage.

On voyage à nouveau dans plusieurs pays, des petites pépites d’Histoire sont distillés. On évoque la politique et les divers gouvernements des différents pays en guerre. Tout en continuant à se concentrer sur les aventures de nos héros, on comprend ce qui se joue en toile de fond. La partie durant la Seconde Guerre mondiale m’a fait penser à Un Village français. Je n’ai pas vu la série, mais de ce que j’en sais, une grande partie de l’intrigue de fond se joue sur ce que les individus décident de faire durant le conflit, rejoindre la résistance, collaborer, survivre, fuir, etc. Et c’est vraiment l’impression que j’ai eu pour cette dernière partie du roman. On suit différents itinéraires de vie, différents choix qui sont fait. On voit d’autres choix qui sont fait par d’autres personnages qui ne font que passer. L’Histoire est présentée à visages humains et non pas seulement par les politiques décidées en haut lieu.

L’une des forces de Timothée de Fombelle est que tous les personnages que l’on aperçoit que ce soit pour une page ou un livre semblent réels. On pourrait les rencontrer au café du coin ou les avoir en voisin dans un train. Iels ont tous une histoire et même si on ne fait qu’y toucher, elle existe. De la même façon, des anecdotes présentées dans le précédent livre au détour d’une page sont reprises ici. Rien n’est laissé au hasard.

Je ne veux pas trop en révéler parce que c’est une des forces du livre de se laisser surprendre à chaque page par les retournements de situation (et il y en a plus que des doigts de la main). Je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur ce second tome de Vango, mais si vous avez lu le premier, je ne pense pas devoir le faire, et si vous ne l’avez pas encore lu, courrez dans votre plus proche librairie, bibliothèque, maison d’un.e ami.e qui possède le livre et procurez-vous le livre. 😉

Je vous laisse sur ma citation méta préférée du livre

– Ce qui ne se fait pas, dit Barthélemy en pliant son chiffon, c’est de faire apparaître un nouveau personnage dans les derniers chapitres.

– Et pourquoi pas ? cria le patron, au fond de la salle. Et même deux si je veux !

– Moi, je trouve que ça manque de respect.

– Je vous en ficherai du respect, Barthélémy, lavez cette vitre et laissez-moi travailler !

Écrit l’auteur en introduisant deux nouveaux personnages dans un des derniers chapitres du roman.

Publicités

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.