Lum’en de Laurent Genefort

 

Couverture du livre avec le titre blanc au centre. Un vaisseau en dessous et en bas de l'image, des constructions aux formes géométriques en béton avec des arbres rouges tels des baobabs dans l'arrière-plan

Lum’en de Laurent Genefort

Résumé :

Imaginez une étoile avoisinant sept dixièmes de masse solaire… Si vous levez les yeux, il se peut que vous aperceviez son éclat blanc-jaune sur la face antérieure du bras spiral d’Orion, à sept mille parsecs du centre galactique. Le système de Grnc.mld1 compte six planètes : cinq telluriques et une gazeuse. De ces six planètes, Garance est la seule qui évolue dans la zone d’habitabilité.

Lum’en relate la colonisation de Garance, une planète comme tant d’autres, du moins en apparence… L’histoire de ces femmes, de ces hommes rudes lancés à la conquête d’un monde, le récit des luttes de ces pionniers qui, au fil des générations, vont écrire la plus exceptionnelle des aventures, la plus terrible, aussi, celle de l’ancrage, du développement puis, inéluctable, du déclin d’une colonie dans les confins. L’essence même de la nature humaine, en somme, la quête d’horizons nouveaux. Quitte à rater l’essentiel…

Cela fait plusieurs semaines que je veux publier un article dans le cadre du Printemps de l’Imaginaire Francophone (ou PIF) auquel je participe, mais je n’avais pas encore réussi à finir un livre appartenant à cette catégorie pourtant large.

C’est maintenant chose faite (et je suis en pleine lecture d’autres ouvrage également) puisque j’ai fini Lumen de Laurent Genefort. Je connais Laurent Genefort parce qu’il est présent quasiment tous les ans lors de la foire du livre de ma ville d’origine depuis des années. Ma mère a lu (et possède) un certain nombre de ses livres et j’avais bien aimé Alaet, lInsouciant lorsque j’avais lu le livre. C’était donc une valeur sûre.

Je ne lis pas beaucoup de SF. Je n’ai tenu que 2 chapitres d’un roman d’Asinov. Quelque chose dans la SF me dérange et m’empêche de l’apprécier à sa juste valeur. Peut-être parce que l’on est dans un univers du possible contrairement à la fantasy.

Ici, on suit Lum’en, un être sur qui le temps n’a que peu d’emprise et qui se retrouve enfermé dans Garance, une planète aux confins de la galaxie. Les chapitres (courts) de son point de vue entrecoupe le récit de la colonisation de la planète. Elle est le seul personnage récurrent. Entre chaque partie, le temps passe, les étapes de la colonisation se succèdent. Des premiers colons, au développement de la mégalopole unique de Garance, planète inhospitalière pour la population humaine. On a de l’action, de la politique, de l’art, des actes terroristes, des questionnements sur ce qui fait notre humanité, sur l’intelligence des autres espèces qui nous entourent, sur le racisme, le capitalisme, l’histoire, la diplomatie, l’oubli, le temps qui passe. Chaque partie aborde un temps de la colonisation différent, une problématique différente.

Je dis toujours que j’aime les mondes bien construits. Avec Lumen, je suis servie. Il y a clairement eu de la recherche. Le côté scientifique de la SF est également présent. Si vous recherchez de la bonne SF, bien construite, Lumen est faite pour vous.

L’un des reproches que je pourrais faire au livre est le manque de personnages féminins. La seule narratrice est Lumen et à seulement une (et demie) autre reprise a-t’on un personnage féminin qui parle. Étant donné que le roman reproduit à l’extrême un modèle capitaliste, je peux comprendre qu’on décide de reproduire un système patriarcal. Cela n’empêche cependant pas d’inclure plus de personnages féminins. Ici, même lorsqu’elles sont bien développées ne sont vues que de l’extérieur et sont les seules décrites de manière sexualisée lors de leur description.

J’ai été transportée dans l’histoire de Garance. Cela dit, je pense avoir eu ma dose de SF pour plusieurs mois au moins et je vais me diriger vers les autres types de littérature de l’imaginaire pour la suite.

Si vous aimez la SF ou souhaitez la découvrir, Lumen est un très bon représentant du genre.

logo-tulipe-240

Livre lu dans le cadre du PIF

Publicités

Une réflexion au sujet de « Lum’en de Laurent Genefort »

  1. Ping : Dix histoires de futurs, anthologie de science fiction | La lectrice sérievore

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.